Date: 04.09.2012

“Quel avenir pour la gérance indépendante”

Les lecteurs de Point de Mire connaissent déjà Olivier Bizon et 1875 Finance, (voir notamment PdM no 33, été 2008 et no 35 hiver 2008). La société est l’un des principaux acteurs sur la scène de la gestion indépendante à Genève. Créée en 2006 par une équipe de professionnels reconnus, elle se consacre à deux axes d’activité: la clientèle privée et le multi family office. Classée par Bilan parmi les 50 meilleures PME helvétiques, 1875 Finance gère environ 5 milliards de francs. Dans le classement Bloomberg des multi-family offices, elle se hisse au 29e rang mondial et au 1er rang suisse pour ce qui est de la moyenne des avoirs gérés par famille (cf Bloomberg Markets September 2012).

Les gérants de fortune qui fondent leur «business model» sur les accords Rubik ne survivront pas, nous dit Olivier Bizon. Nombre de nos confrères devront ainsi se réinventer, se donner des structures et une organisation adéquate. Cela passera à l’évidence par des fusions d’entités de gestion. Ces regroupements permettront d’atteindre des tailles critiques en matière de capitaux sous gestion, et de conjuguer les compétences (aussi bien de gestion proprement dite que juridiques ou fiscales). La rentabilité des sociétés de gestion a fortement baissé, les regroupements sont le seul moyen de survivre et de viser une certaine croissance. Le développement exige la mise en oeuvre de moyens humains et financiers. Il sera également impératif d’avoir un business model clair et cohérent.

Le renforcement de la règlementation ne nous inquiète absolument pas, poursuit notre interlocuteur. Nous y sommes même très favorables: il permettra de rehausser le niveau de la profession, et ce sera probablement le facteur déclenchant de fusions.

1875 Finance a dès le départ été fondée sur un modèle intégré, ses associés ayant clairement identifié des besoins et des objectifs communs. En fait ces besoins et ces objectifs leur ont été dictés par leurs clients. Nous nous remettons constamment en question, souligne Olivier Bizon, sous l’impulsion de nos clients. Nous avons aujourd’hui deux axes d’activité. Si nous devions en développer un troisième, ce serait sur la même base, soit d’une réponse précise et structurée à une demande de notre clientèle.

Téléchargez l'article au format PDF

Date: 14.03.2012

“La gestion d'avoirs gris se vend à zéro”

A vendre: portefeuille d’avoirs non déclarés d’Europe. Prix: zéro, pourrait afficher la rubrique «petites annonces» de la place financière helvétique. Alors que la Suisse s’éloigne du modèle de gestion non déclarée d’avoirs transfrontaliers (offshore), et que le Conseil fédéral, dans le cadre de sa «Weissgeld Strategie», souhaite voir à terme les acteurs de la place renoncer entièrement à l’argent gris, on assiste à un brusque déclin de la valeur d’entreprise des gérants traditionnels sur le marché des acheteurs.

Date: 16.12.2008

“Comment être un gérant de fortune innovateur et s’ancrer dans la tradition financière genevoise?”

Point de Mire avait déjà rencontré les dirigeants de 1875 Finance, cette société qui joue avec bonheur l’équilibre entre finance de pointe et tradition. En effet, si elle est résolument tournée vers des méthodes de management et de gestion des actifs sophistiquées, elle est solidement ancrée dans la tradition genevoise de défense du patrimoine, 1875 étant l’année où l’arrière grand-père de l’un des fondateurs, François-Michel Ormond, créait une des toutes premières sociétés de gestion indépendante. Nous avons voulu interroger l’un de ces fondateurs, que nombre de gérants indépendants à Genève connaissent fort bien, Olivier Bizon. Il nous parle de son entreprise, de ses convictions professionnelles, de sa propre carrière et, en connaisseur particulièrement avisé, de ses confrères.
Le parcours professionnel de notre interlocuteur et de ses associés explique pourquoi, paradoxalement, 1875 Finance est à la fois une compagnie innovante et un gardien de la tradition financière genevoise.